Revue de presse

Le patriote – jeudi 11 août 2011

 

Cliquez pour agrandir


Charnay « Le Progres » lundi 1er août 2011

Saint-Jean-des-Vignes : une artiste locale récompensée à Lyon

Le président des Amis de Charnay et deux des artistes qui exposent, lors du vernissage samedi / Photo Michel Robert

Samedi, les Amis de Charnay avaient invité leurs connaissances et les amis de l’art pour le vernissage de leur exposition de peinture et de sculpture qui durera pendant la première quinzaine du mois d’août. Cette exposition qui réuni 3 artistes des villages proches de Charnay présente plus de 150 œuvres qui s’attachent particulièrement à la créature vivante, du regard à la posture que ce soit dans la peinture ou dans la sculpture. C’est ainsi que Jean Sibourg expose de magnifiques portraits ou des nus brossés à aquarelle qui laissent apparaître une réelle sensibilité. Catherine Bachelet, elle, avec du travail à l’acrylique ou à l’encre présente des portraits de grandes dimensions révélant la nature des modèles saisis au fil de ses voyages dans les pays du soleil. Pour Evelyne Astier, les sculptures exposées font la part belle aux visages et aux attitudes que ce soit dans les personnages en terres cuites vernies ou dans les œuvres taillées dans la pierre, l’albâtre ou le bois matière qu’elle utilise pour la première fois.

NOTE

L’exposition sera ouverte du lundi au vendredi de 15 à 19 heures les samedis dimanches et le lundi 15 août les horaires seront augmentés les matins de 10 à 12 heures et de 15 à 19 heures. Entrée libre dans la salle de la Mansarde au château de Charnay.

 

Saint Jean des vignes « Le Progres » mardi 1er février 2011

Evelyne Astier : la passion de la sculpture.

Depuis un an, les sculptures d’Evelyne Astier sont exposées à Bourg d’Oisans et jusqu’à décembre 2012. Les amateurs d’arts peuvent les admirer au musée des minéraux, comme elles l’ont été du 16 janvier au 4 février à l’Hivernal de Lyon, ce salon des arts, où elle a obtenu le prix de sculpture. Pendant la période printanière, Evelyne a beaucoup créé afin d’être prête pour sa nouvelle exposition, qui se déroulera du samedi 30 juillet au lundi 15 août, au château de Charnay. « J’exposerai une cinquantaine d’œuvres, avec un bon nombre réalisées en terre cuite et également en pierre, qui représentent des visages sortis de mon imagination. Pour la première fois, j’expose aussi des sculptures en bois, un matériau que je n’avais pas encore travaillé, mais qui permet d’exprimer des sensibilités sur les personnages de grande taille, qui feront le pendant avec quelques personnages « en bâton ».

Vernissage le samedi 30 juillet à 17 heures.

Michel Robert

Saint-Jean-des-Vignes « Le Progrès » mardi 1er février 2011

Saint-Jean-des-Vignes : une artiste locale récompensée à Lyon

Évelyne Astier a reçu un prix pour ses sculptures  / Photo Michel Robert

Lors du vernissage de la 55 e exposition de l’Hivernal de Lyon, qui regroupe 80 artistes sélectionnés sur dossier, Évelyne Astier a reçu le prix attribué aux sculpteurs, par un jury composé de galeristes et de professionnels des arts.

Ce prix est venu récompenser le travail de recherche qui donne aux sculptures de cette habitante de Saint-Jean-des-Vignes, un mouvement proche de la vie.

« Pour moi cela a été une grande joie et une grande surprise d’entendre citer mon nom au milieu des centaines d’invités », se rappelle-t-elle. « Je participais à cette exposition pour la première fois. Lors de ce salon d’hiver, elle exposait six sculptures en terre patinée, suivant le règlement de l’événement. « Mais, dans le même temps j’expose pendant toute l’année, au musée des minéraux et de la faune des Alpes, à Bourg-d’Oisan », explique Évelyne Astier.

Même si l’artiste a une actualité chargée, elle sera présente au salon organisé par les Amis de Charnay, au mois d’août.

« J’y amènerai sans doute quelques œuvres en pierres dorées puisque c’est ce qui fait la spécificité de notre belle région », souligne-t-elle.

NOTE Le salon de l’Hivernal est ouvert jusqu’au 4 février, de 14 h 30 à 18 h 30, à Lyon, au Palais municipal, quai Bondy, dans le 5e arrondissement.


 

 

Ouest Lyonnais « Le Progrès » jeudi 28 juillet 2011

Evelyne Astier ne se laisse pas enfermer dans un seul style.

Evelyne Astier : « En passant de la peinture à la sculpture, j’ai pu enfin créer »/Photo Gerard Urbin

Lozanne Sculpture réunit des artistes amateurs des Côteaux du Lyonnais, Pierres Dorées et Monts d’Or. L’une de ses membres, Evelyne Astier, vient d’obtenir le prix de sculpture, au Salon d’hiver 2011, de Lyon.

>> Depuis quand sculptez-vous ?

Depuis une dizaine d’années. Avant je peignais. Comme technique, je travaillais le pastel, car je pouvais travailler avec mes doigts. Pour moi, toucher, sentir la matière que je travaille est essentiel. Je réalisais visages et natures mortes. Mais pour moi, c’était de l’artisanat, pas une activité artistique. Je trouvais que mes peintures n’étaient pas originales, ne reflétaient pas mes émotions. J’avais besoin de m’exprimer avec d’autres supports. C’est donc tout naturellement que j’ai commencé à modeler la terre.

La sculpture sur terre m’a permis de libérer mon inspiration créatrice. Mes émotions passant sans intermédiaire de mes mains à l’argile. Jean Curtil, sculpteur professionnel, fondateur de Lozanne Sculpture a été mon professeur.

>> Quel type de sculpture réalisez-vous ?

Des personnages, des bustes des visages. Dans mes œuvres transparaissent des émotions, de la joie à la souffrance. J’étudie les gestes, les attitudes, et essaie de les exprimer. Je ne me laisse pas enfermer dans un style. Mon ressenti, pour s’exprimer, peut s’inspirer des divers styles. Certaines de mes sculptures peuvent faire penser à des œuvres primitives, d’autres, à de l’abstrait. Dès que je mets les mains dans un tas de terre, l’inspiration me vient. Mes doigts deviennent mes outils. Je peux réaliser des personnages seuls, mais aussi des multitudes, dans de petites sculptures. Chaque sujet de l’œuvre étant différent. La féminité tient également une grande place dans les œuvres que j’ai réalisées, avec différents matériaux.

>> Vous ne travaillez donc pas que la terre ?

Non, depuis quatre ou cinq ans, je travaille également la pierre. J’ai appris à me servir de ciseaux, gradines, rifloirs, à ébaucher à l’aide d’une disqueuse. La pierre dorée, bien sûr, mais aussi le marbre, l’albâtre, la stéatite (pierre de talc), le métabasalte (basalte vert). Pour réaliser ces sculptures, j’utilise non seulement les outils, mais j’utilise également les couleurs et reliefs du matériau. J’ai même utilisé le polystyrène, la fibre de verre et la résine pour une statue de Saint-Christophe, d’une hauteur de 2,40m, pour un spectacle son et lumière, à Charnay.

>> Exposez-vous ?

Oui, je participe à des salons, dans le Rhône et les départements voisins, à des fêtes de la pierre (Glay). J’organise également des expositions, seule, ou avec d’autres artistes, comme le sculpteur isérois Janpol.

Propos recueillis par notre correspondant de presse Gérard Urbin 

 

 

 

Exposition à Bourg d’Oisans

Cliquer pour agrandir

 

Cliquer pour agrandir

 

Evelyne Astier : la sculpture au bout des doigts

– Le progrès – Aout 2009 –

 

© Evelyne Astier